- À PROPOS -

  Clément Elbaz fait des films et écrit des articles. Il le fait hors cadre professionnel, sans commandes ni agenda, dans le seul but de partager des idées, des voyages et des rencontres.
  L'auteur de ce blog est né en 1987 à Montauban, et c'est peut-être bien cette origine qui favorisa l'envie d'ailleurs qui le fit traverser, depuis, près de 60 pays. Ses deux premières vadrouilles d'adulte eurent lieu en Europe Centrale et dans les Balkans, avec des amis. Puis très vite vint le temps des Grands Tours en solitaire, un peu plus lointains.
  C'est pour ne pas laisser ses expériences, ses réflexions et ses rencontres se perdre dans son individualité qu'il décida de s'accompagner d'une caméra… une mission compliquée dans les premiers temps, tant il est vrai que le montage vidéo est une discipline exigeante. Mais vaille que vaille il filma les endroits, les gens, appris sur le tas et partagea toujours le résultat sur internet, gratuitement.
  Un premier film fut tourné en 2008 entre Istanbul, Cracovie, Lisbonne et Dublin. Puis, en 2010, il quitta son studio toulousain et son statut d'ouvrier BTP pour partir vraiment, et réaliser une série de docus hebdomadaires de 10 minutes qui suivirent ses découvertes de la Serbie, de la Moldavie ou de l'Ukraine... entre autres !

  Sans feu ni lieu, il passa deux ans entre autostop, trains et bus mais au bout du compte, las, il décida de mettre un terme à cette période de nomadisme pour revenir s'installer à Toulouse, et monter tranquillement les 12 films tournés en 2011. Cette pause, qui se transforma après la réalisation de deux films en une léthargie stérile qu'il faut bien admettre, lui laissa le temps d'affiner les idées qui guident toujours la réalisation de ses projets.
  Un documentaire historique est sorti en mai 2018 et, si les 12 films tournés en 2011 ne sont toujours pas sortis, ils n'ont néanmoins pas été oubliés et devraient être réunis en un seul qui, enfin, sortira courant 2022. 11 ans après le départ. Comme ne pas finir ses projets n'empêche pas d'empirer la situation en en commençant de nouveaux, un autre documentaire fut tourné en Asie Centrale en juillet 2019 : le montage a bien avancé et sa sortie est prévue en août 2022. En sus, la première partie d'un projet professionnel fut tourné au Caire ; il est en pause, et la seconde partie devrait être tournée en Israël cet été.
  Face à ce regain d'activité relatif, Clément Elbaz décida de se disperser un peu plus en se mettant à l'écriture d'articles divers. Le résultat de tous ces projets est consultable sur ce site, mis à la disposition de toutes et tous, libre d'accès et de partage, pour peut-être donner l'envie à celles et ceux que ça chatouille de partir aussi, dans le réel ou l'idéel, faire un tour pour voir de qui peut être vu, et savoir ce qui peut être su. Le contenu de ce site est né du mouvement, il doit le transmettre !



FAQ


Pourquoi ce blog ?
  Parce que je trouve ça intéressant, de partager ses idées et ses expériences. J'ai tenté pour la première fois de faire un reportage à 8 ans, pour raconter à ma classe un voyage familial au Québec. Dix ans plus tard j'ai commencé les road trips entre potes en Europe Centrale et dans les Balkans, et de retour en France, en racontant mes voyages, j'ai entendu pas mal de préjugés sur les pays que j'avais visité. C'est ce qui m'a donné l'idée de faire un site internet participatif où les gens pourraient poster des interviews de personnes rencontrées sur la route, histoire de casser les idées reçues et d'inviter au voyage. L'idée n'a pas prit, mais c'est quand même dans cet esprit que je suis parti faire mon premier tour en solitaire ; paradoxalement, pour mieux partager mes voyages, il fallait que je parte seul. Et finalement, au lieu d'un site récoltant des petits clips, un reportage de 45 minutes a été pondu, et c'est ce qui a lancé les suivants.
 
Comment tu t'es formé ?
  Aucune formation ! J'ai acheté ma première caméra une semaine avant le premier voyage en solitaire et j'ai tout filmé en mode automatique, me contentant d'appuyer sur play et de changer les cassettes. J'ai appris le métier en pratiquant, petit à petit. C'est assez instinctif et celles et ceux qui veulent s'y mettre peuvent apprendre rapidement grâce aux tutos YouTube.
 
Comment c'est financé ?
  Avec divers boulots à mi-temps, ou ma microentreprise de vidéaste ! C'est une question importante puisque la réponse peut prouver aux gens qui auraient envie de s'y mettre que ce n'est pas du tout aussi coûteux que ce qu'on croit. Le matériel est amateur et premier prix, je loge dans des auberges, j'utilise CouchSurfing ou je bénéficie de l'hospitalité des gens que je rencontre.
  Pour citer deux exemples concrets, le voyage de 2008 a coûté 1500€ sur 50 jours, et a été filmé avec une caméra Sony Handycam DV à 400€. En 2011, ayant perdu ma carte bleue à mi-chemin, à Kaunas, j'ai fait la manche pour pouvoir continuer le projet (uniquement en Scandinavie, dans des pays plus riches que la France, par principe). Un crowdfunding traditionnel qui a fait qu'au final ce grand tour de six mois ne m'a coûté que 600€, plus les 400€ que j'avais dépensé pour une nouvelle caméra.
  Il va de soi que la rédaction des articles ne me coûte rien, et je préfère les diffuser gratuitement pour garder une liberté de rédaction totale.

Et tu n'as jamais gagné d'argent avec tes films ?
  Si ! Depuis 2020 ma chaîne YouTube est monétisée, et les pubs m'ont rapportées jusqu'ici... 166,89€. Mais ça augmente et là je vogue au rythme de 30 centimes par jour. Mes films financent donc une miche de pain bio par semaine. Ça me va, l'essentiel ici étant de partager mes idées et mes voyages.

Quelles sont tes opinions politiques ?
  La meilleure réponse se trouve dans mes films et mes articles mais pour résumer, je pourrais dire que ma sensibilité sociale est à gauche, et que je suis idéologiquement un universaliste, laïc et progressiste.